Bienvenue sur mon blogue du Tour de l'Abitibi. Je suis impliqué depuis 2008 ans dans l'organisation du Tour et je suis opérateur radio-tour durant les courses. J'espère pouvoir vous informer sur le déroulement des étapes, sur les faits intéressants à relater et sur mes impressions de la course et de tout ce qui l'entoure. Étant assis dans la première voiture derrière le peloton, je suis généralement au fait de tout ce qui se passe durant les étapes. J'écrirai donc ici dans les jours précédent le Tour de l'Abitibi et durant toute la semaine que dure le Tour.

Welcome to my blog featuring the Tour de l'Abitibi. I have been involved with the Tour's organisation since 2008 and am the radio-tour operator. I hope to inform readers on the racing during the different stages, on interesting facts during the race and on my general impressions on the Tour an everything that revolves around it. I will therefore start writing on this blog during the few days before the Tour and for the entire week that the Tour lasts for.



lundi 25 juillet 2016

Pot-pourri final / Final mashup





 Ça y est, le 48e Tour de l'Abitibi est terminé. Au lieu de vous raconter les deux dernières étapes passionnantes (allez voir les nombreux articles de journaux et communiqués sur la page Facebook du Tour), voici un petit pot-pourri de photos amusantes reliées à cette édition du Tour. Un peu de repos sera aussi apprécié. Allez, à l'an prochain!

That's it, the 48th Tour de l'Abitibi is over. Instead of rehashing the last two stages (please refer to the numerous articles with links on the Tour's Facebook page), here is a little mash-up of entertaining pictures from this last edition. A little bit of rest will also be appreciated. See you next year!




La fameuse corde à linge japonaise! / The famous Japanese clothesline!

Et le fameux couloir de séchage danois qui embaumait le Bounce / And the famous Danish hallway smelling Bounce

Le coureur le plus courageux du Tour, ayant fait une étape entière les foufounes à l'air suite à une chute et étant revenu sur le peloton deux fois supplémentaires sur incident mécanique! Il a la couenne dure. Respect. / The Tour's most courageous rider rode an entire stage butt-naked after a crash and also came back to the peloton twice more after mechanical incidents! He's definitely badass. Respect.
Après 10 ans d'efforts, enfin premiers dans la caravane! Leur Tour avait si bien commencé... / After 10 years trying hard, finally leading the caravan! Their Tour started with a bang,,,

Une longue file de coureurs au Témis / A long file of riders in Temis

La vue de mon bureau avec fenêtre et un chauffeur qui surveille ses angles morts / The view from my corner office and a driver wary of his blind spot

Dernière vérification des braquets. La ligne est droite! / Last gear check. The line is straight!

En passant devant les cheminées, signature visuelle de la fonderie de Rouyn-Noranda / Passing in front of the iconic stacks of the Rouyn-Noranda smelter

La différence entre être bénévole et entrepreneur se mesure en billets de consommations pour le salon VIP! / The difference between a volunteer and a contractor is measured in drink tickets for the VIP lounge!


vendredi 22 juillet 2016

Randonnée géologique / A geological ride

L'étape 6 de samedi se passe en entier sur le territoire de la ville de Rouyn-Noranda. Comme la région entière est née de l'industrie minière, profitons du parcours de cette étape pour présenter le paysage géologique qui a défini cette région depuis ses origines il y a près de 100 ans.

Du départ, les cyclistes se dirigeront vers l'est sur la route 117. Cette route longe la fameuse faille de Cadillac, une limite entre deux domaines géologiques différents par laquelle des fluides porteurs de métaux ont circulé dans l'écorce terrestre, déposant parfois leur précieuse cargaison dans des endroits précis. C'est ainsi que se sont formé de nombreux gisements ayant été exploités au fil du temps le long de la faille Cadillac, notamment la mine d'or McWatters au village du même nom, ou les mines d'or Doyon et Mouska et la mine d'or, de zinc, d'argent et de cuivre Westwood, toutes situées dans le secteur du virage à gauche sur le chemin La Pause. Les cyclistes traverseront ensuite les roches volcaniques et sédimentaires vieilles de 2.7 milliard d'années vers le village de Mont-Brun où de massifs granitiques ont créé un peu de relief au travers des roches volcaniques. Le parcours passera ensuite à Cléricy, au sud de l'ancienne mine de zinc et de cuivre Mobrun, nommée par l'appareil de détection géophysique ayant mené à sa découverte, le "mobile running unit", un camion avec un détecteur électromagnétique qui sillonnait les routes de l'Abitibi en quête de métaux. Entre Cléricy et d'Alembert, plusieurs côtes sont en fait des traversées de coulées rhyolitiques, des laves riches en quartz très résistantes à l'érosion des glaciers, créant ainsi du relief et des grands-prix de la montagne! Ces roches sont d'ailleurs recherchées car souvent associées à des gisements de cuivre et de zinc. Entre d'Alembert et l'arrivée, les coureurs reviendront dans la "capitale du cuivre", passant devant de nombreux anciens sites miniers du "camp central" de Rouyn-Noranda et devant l'icône de la ville, la fonderie Horne, nommée en l'honneur de Edmund Horne, le prospecteur ayant découvert la mine du cuivre à l'origine de la ville en 1922.

Sportivement, il s'agit d'un des plus beaux parcours disponibles en Abitibi, avec quelques bosses notables et des belles routes un peu sinueuses. Aurons-nous enfin une arrivée en échappée? C'est à suivre.

Stage 6 will be entirely run on the territory of Rouyn-Noranda. Since the entire region was born out of the mining industry almost 100 years ago, let's have a geological introduction to the stage.

From the start, riders will head east on highway 117. This road straddles the famous Cadillac break, a major suture zone between two geological domains, which acted as a pathway for metal-carrying fluids through the earth's crust. These fluids locally dumped their precious cargo in focused areas, creating the orebodies that have been mined along the Cadillac fault over the years, such as the McWatters gold mine in the village with the same name, or the Doyon and Mouska Gold mines and the Westwood gold, zinc, silver and copper mine, all located in the area of the left turn on La Pause road. Riders will then cross 2.7 billion years old volcanic and sedimentary rocks towards the village of Mont-Brun where granite intrusions created bits of topography by poking through these rocks. The course will then go through Clericy, south of the old Mobrun zinc and copper mine, named after the geophysical intrument that was used to discover it, the "mobile running unit", a truck with an electromagnetical sensor that was driven on every road of Abitibi looking for metals. Between Clericy and d'Alembert, riders will face hills because they will be crossing rhyolite flows. Rhyolite is a silica-rich type of lava very resistant to erosion from glaciers, creating hills and KOMs. These rocks are also sought after because they are often related to copper and zinc deposits. Between d'Alembert and the finish line, riders will come back into the copper capital, passing in front of many past-producing copper mines of what is known as "central camp" and in front of the iconic Horne Smelter, named after Edmund Horne, the prospector who discovered the mine which created Rouyn-Noranda in 1922.

On the sporting side, it's one of the best routes in Abitibi, with notable hills and curvy roads. Will we finally see a breakaway victory? To be followed.

Le monstre du Témis / The Temiscamingue monster



Grosse étape aujourd'hui au Tour de l'Abitibi. On s'en va au Témiscamingue. Direction Notre-Dame-du-Nord pour une boucle de 105km via St-Eugène-de-Guigues, Lorrainville, Béarn, Ville-Marie, St-Bruno-de-Guigues et retour à NDDN. Les résidents et visiteurs de l'Abitibi se font toujours dire: "Le Témiscamingue, c'est beau, c'est magnifique, tellement plus agréable que l'Abitibi". Assez qu'on pourrait s'imaginer que c'est la Gaspésie, la Côte-Nord ou Charlevoix... Bref, allez-y rapidement au Témis car si, comme moi, vous attendez des années avant de finalement aller faire un tour au Témis, vos attentes vont être beaucoup trop élevées. Bon, oui, les paysages sont plus vallonnés qu'en Abitibi, il y a plus d'arbres feuillus que d'épinettes noires, plus de terres agricoles et d'élevage et le lac Témiscamingue est superbe. Mais ça demeure de longues routes bien droites et vous n'aurez pas le souffle coupé devant un panorama digne du patrimoine mondial de l'UNESCO... Le problème vient de la comparaison entre l'Abitibi et le Témiscamingue et du fait que trop peu de gens visitent le Témis par son accès plus difficile. L'Abitibi n'est pas bien difficile à battre côté paysages. Épinettes-lac-marécage. Recommencez. C'est donc pour ça qu'on trouve le Témis si beau. Quand on habite en Abitibi, ça vaut donc la peine de faire un tour au Témis pour se changer le paysage et avoir mieux à regarder que notre plat pays boréal.

Parlant de faire un tour Témis, l'étape d'aujourd'hui s'annonce usante. Le relief usera le tites papattes des cyclistes avec en prime probablement la plus grosse côte du Tour à 7km de l'arrivée. En plus, les français ont promis de faire la bordure aujourd'hui. Bonne chance car on annonce pas de vent particulièrement fort.

Important stage today at the Tour de l'Abitibi. We're going to Temiscamingue for a 105km loop starting in Notre-Dame-du-Nord, through St-Eugene-deGuigues, Lorrainville, Bearn, Ville-Marie, St-Bruno-de-Guigues and back to NDDN. Residents and visitors of Abitibi always get told "Temiscamingue is soooo beautiful, you HAVE to go there, it's so much prettier than Abitibi". You could almost expect Gaspésie, Charlevoix or Cote-Nord-type scenery... So, if you want to go to Temis, go quick, otherwise your expectations will be way too high. Yes, the topography is more rolling than Abitibi, the trees are more varied than black-spruce-dominated Abitibi, there is more agriculture and lake Temiscamingue is superb. But it is still long straight roads and your breath won't be taken away by UNESCO-level panoramas. The problem comes from the comparison between Abitibi and Temis and from the fact that few people visit Temiscamingue because it is somwhat hard to get to. The bar is set pretty low by Abitibi. Spruce-lake-swamp. Repeat. This is why we find Temis so pretty. When you live in Abitibi, it is therefore worth it to get to see something else than our usual boreal forest scenery.

Speaking of going to Temis, today's stage will be tough. Topography will wear-out riders' legs and we probably have the whole Tour's hardest hill just 7km from the finish line. Furthermore, the French team promised echelons. The problem is that no strong crosswinds are expected. Good luck with that...

mercredi 20 juillet 2016

Demi-étapes 3 et 4 / Half-stages 3 and 4

Magnez-vous bordel de merde. On passe!

Un menu bien rempli attend les coureurs demain. Deux demi-étapes dont un contre-la-montre individuel (CLMI) de 9.6km à Rouyn-Noranda le matin et une courte course sur route à Malartic en fin de journée.

Le classement général devrait être chamboulé à la suite du CLMI et nous donner un bon aperçu des coureurs qui se disputeront la victoire finale au terme du Tour de l'Abitibi dimanche prochain. Nul besoin de vous présenter Rouyn-Noranda une deuxième fois pour cette demi-étape. Nous dirons seulement que le parcours emprunte la piste cyclable du lac Osisko. Comme les vents risquent de souffler fort, la traversée de la digue en terrain exposé sera à surveiller, surtout sur les vélo de chrono avec roues pleines et guidons profilés. Selon la direction du vent, un coureur pourrait soit être soufflé dans l'eau propre du lac ou dans celle du parc à résidus miniers! Les coureurs auront bien fait de reconnaître le parcours puisqu'il comporte de nombreux virages. Les français l'ont même parcouru en voiture... Nous avons d'ailleurs reçu un appel à ce propos.

Notre journée se terminera à Malartic, ville au coeur de tous les débats sur l'acceptabilité sociale au Québec depuis la mise production d'une énorme mine d'or à ciel ouvert. Plus de 180 maisons ont été déménagées pour faire place à la mine. Malartic se distingue aussi grâce à la présence d'un hôpital psychiatrique régional. La ville a donc été affublée de nombreux surnoms péjoratifs a ce sujet au fil du temps. La ville est aussi l'hôte d'un festival western avec rodéo compétitif. Un musée minéralogique y est présent et offre des visites de la mine. Qu'on aime la mine ou pas, sa présence a transformé la ville en la dotant d'infrastructures municipales grandement améliorées. La mine vous offrira d'ailleurs des hot-dogs et rafraichissements gratuits demain. Aussi, le réaménagement des rues a permis d'éliminer deux des trois feux de circulations sur la route 117 dans la ville. Un grand soulagement pour tous ceux qui transitent par Malartic souvent! Au terme de la demi-étape de Malartic, aucun changement notable ne devrait arriver au classement au terme d'une étape courte, très rapide, mais sans grande difficulté.

A double header awaits the riders tomorrow. Two half-stages including a 9.6km individual time trial (ITT) in Rouyn-Noranda in the morning and a short road race in Malartic later during the day.

The general classification will be shuffled following the ITT and we should then be able to identify the select few riders that will be battling for the final victory by the Tour's end on Sunday. No need to introduce Rouyn-Noranda as the host city for the ITT. Let's just say that the course follows the bike path circling lake Osisko. Strong winds are forecasted and it could get sketchy on the dike with no shelter whatsoever, especially while riding a TT bike with a disc wheel and aero bars. Depending on wind direction, riders could end up on the clean water side of lake Osisko or in the mine tailings pond! All riders previewed the course due to the numerous bends and corners. The French team even previewed it by car... We did received a phone call about that.

Our day will end in Malartic, a city hotly debated in all forums on the mining's industry's social acceptibility in Quebec since a large-volume open-pit gold mine was put in production. Over 180 houses were moved to make way for the pit. Malartic is also known for its regional psychiatric hospital. It was therefore plagued with many pejorative nicknames over time. The city hosts a western festival complete with a rodeo competition. A mineralogy museum can be found and it offers tours of the mine. Like it or not, the mine brought many new and improved municipal services and infrastructures for citizens. The mine will also offer spectators of the stage free hot-dogs and refreshments tomorrow. Also, the redeseigned streets allowed the elimination of two out of three traffic lights on highway 117 in the city. It is appreciated by all who travel often through Malartic. The half-stage in Malartic should not influence the GC so much, as it is fast but short and flat.

mardi 19 juillet 2016

Étape 2 Val-d'Or / Stage 2 Val-d'Or


En tant que résident de Val-d'Or, je pourrais me faire accuser de malhonnêteté si je ne faisais pas de Val-d'Or le sujet d'un article, surtout la veille de l'étape Val-d'Or-Rouyn-Noranda, les deux villes rivales de l'Abitibi!

Val-d'Or est reconnue comme la ville de mineurs, de foreurs et de débauche de l'Abitibi. Amos a sa cathédrale, Rouyn a sa culture et Val-d'Or avait son festival de l'orignal! La rue principale de Val-d'Or, la 3e Avenue, est facilement identifiable avec ses stationnements style "cow-boy", ses façades de bâtisses à la mode "boomtown" et les pick-ups et voitures qui paradent sans arrêt les vendredi et samedi soirs. On disait qu'il était impossible de faire la tournée des bars de Val-d'Or en une seule soirée, la ville en comptant plus de 40 pour une population d'environ 35,000 habitants! Disons que Val-d'Or a pu manquer de raffinement au cours de son histoire. Mais la situation s'est grandement améliorée. Il y a maintenant des bons restos sympathiques, une micro-brasserie qui connaît un franc succès, un superbe marché public en devenir et une revitalisation de la 3e Avenue à venir. Imaginez, pas plus tard qu'en 1997 lors de mon premier séjour à Val-d'Or, la ville comptait au moins six bar de danseuses. Aujourd'hui, plus aucun n'est en activité et la crainte de voir pousser une multitude de pancartes "A vendre" devant les maisons de la ville ne s'est pas matérialisée après la fermeture récente du dernier établissement de ce type!

Les coureurs quitteront donc Val-d'Or demain pour rejoindre Rouyn-Noranda. Sur leur route, ils passeront devant de nombreuses affiches "terre acceptée" aux fautes d'orthographe aussi variées qu'originales. Ils traverseront la ville de Malartic sur laquelle j'aurai le temps de discourir dans un prochain article. Il y a tant à dire sur Malartic! La route est plutôt plate dans tous les sens du terme, jusqu'aux côtes de la Mine Doyon et du lac Joannes. Un petit ménage devrait se faire dans le peloton par l'arrière. L'entrée à Rouyn-Noranda est maintenant sécuritaire, les chenilles écrasées ayant été lavées par la pluie et le passage des autos. La route ne devrait donc pas être graisseuse.

On s'attend à une étape rapide vu la route large, quoique s'il vente de l'ouest comme d'habitude, le vent de face pourrait ralentir le peloton. Une échappée se rendant au bout devra avoir la bonne composition car l'étape ne favorise pas du tout les grands écarts. Sprint massif à prévoir? On verra!

Ah oui, j'oubliais de mentionner que l'équipe de hockey de Val-d'Or est bien meilleure que celle de Rouyn...

As a resident of Val-d'Or, I could be accused of being biased if I would not write about my hometown, especially on the eve of the Val-d'Or-Rouyn-Noranda stage connecting the two main rival cities of Abitibi!

Val-d'Or is known as the town of miners, diamond drillers and debauchery of Abitibi. Amos has its cathedral, Rouyn its culture, Val-d'Or once had its moose festival! The city's main street, 3rd Avenue, is easily recognizable with its angled parking spaces, boomtown-style facades and pick-up trucks and cars parading in circles on Friday and Saturday evenings. The legend says that it was impossible to visit all of Val-d'Or's bars in one evening as the city offered more than 40 licensed bars for no more than 35,000 people! A lack of refinement would characterize the city. The situation improved greatly since then. There are now good small restaurants, a successful microbrewery, a great-looking farmer's market and a complete redesign of 3rd Avenue is in the works. Quite a change from my first visit in 1997, when there were no less than six strip clubs. Today, they are all closed, and the expected frenzy of houses for sale did not happen when the last strip club shut down recently!

Riders will leave Val-d'Or tomorrow and arrive in Rouyn-Noranda. Along highway 117, they will cross the city of Malartic, which I will discuss in a future post. There are so many thigns to say about Malartic! The course is rather dull tomorrow, until we reach the Doyon Mine hill and the Joannes hill. The peloton will drop a few riders there for sure. The entrance in Rouyn-Noranda should be easy since the squished caterpillars will have washed away due to rain and traffic. No greasy road is expected.

We are expecting a fast stage due to the straight and wide road. However, wind could play a role and slow down riders if, as is the norm, the wind comes from the west. A successful breakaway will need the right teams cooperating together because the time gaps will most probably remain small. Massive sprint on the line? We'll see!

lundi 18 juillet 2016

Étape 1, enfin! / Stage 1, finally!



Après vous avoir présenté Rouyn-Noranda et parlé de la première journée d'activités officielles au Tour de l'Abitibi, pourquoi ne pas continuer sur cette lancée et vous donner un bref aperçu de l'étape 1 qui sera courue demain mardi le 19 juillet?

Le départ se donnera à Amos. Ah, Amos... Ville raffinée et pieuse de l'Abitibi connue pour son eau pure, sa cathédrale et sa micro-brasserie Belgh Brasse! Si un domaine en particulier vous intéresse, il y a quelqu'un qui connaît ça à Amos, c'est sûr!

Amos est aussi un terreau fertile pour le cyclisme en Abitibi, surtout avec le programme sports-étude dédié au vélo. On n'a qu'à penser à Karol-Ann Canuel qui évolue au plus haut échelon du cyclisme féminin pour l'équipe Boels-Dolmans ou chez les hommes à Kevin Lacombe qui a terminé une belle carrière il y a quelques années chez Spidertech.

Les choses sérieuses commencent donc devant la cathédrale d'Amos ou le Tim Horton's, selon votre culte personnel favori. Départ neutralisé sur deux kilomètres qui devrait normalement donner lieu à quelques accrochages, tradition oblige. Après la sortie d'Amos, direction Preissac où les pires montagnes de l'Abitibi attendent de pied ferme le peloton! Quoique modestes, ces quelques ondulations topographiques devraient étirer le peloton et malheureusement déjà condamner quelques coureurs. Les coureurs seront longtemps à Preissac, un village qui fait plus de 30 kilomètres de longueur entre sa limite nord, le dépanneur, et la marina au sud. Ensuite, les coureurs passeront devant la plus profonde mine de l'Abitibi avec un puits de 2.2km de profondeur et du minerai jusqu'à 3.1km de profondeur! Un sprint y est prévu avec en arrière-plan l'odeur typique d'une usine de traitement de minerai. À vous d'y déceler les doux parfums mélangés. Peu après, virage à droite sur la route 117, direction Rouyn-Noranda. Comme nous passons ici pour l'étape 2, je réserve quelques détails pour le prochain article. À l'arrivée dans la ville de Rouyn-Noranda, trois tours d'une circuit de 3.7km, question de donner un bon spectacle aux citoyens. Le circuit est nouveau par rapport à 2013 et il comporte un faux-plat qui pourrait s'avérer usant au terme d'une étape. Nous aurons aussi au terme de cette étape notre premier leader de l'édition 2016. Les paris sont ouverts!

After introducing Rouyn-Noranda and presented the first day of activities at the Tour de l'Abitibi, it is probably a good idea to combine these approaches and give you a sneak peek at tomorrow's Stage 1 to be held on Tuesday, July 19.

The stage start is in Amos. Mmmmm, Amos... Abitibi's sophisticated and devout city, known for its purest water of all, its cathedral and the Belgh Brasse microbrewery. If you have a particular area of interest, whatever it is, someone in Amos knows a whole lot about it, that's for sure!

Amos is also the source of many good Abitibian cyclists. First comes to mind Karol-Ann Canuel, who is currently racing at women's road racing highest level with the Boels-Dolmans team. on the men's side, Kevin Lacombe recently retired after a successful carreer with Spidertech.

The real deal will therefore start in Amos in front of the cathedral, or Tim Horton's, depending on your personal favorite denomination. The 2km controlled start should be nervous and we may experience a low-speed wreck, as usual. After exiting Amos, let's go south towards Preissac where Abitibi's worst hills are expected to string up the field and even drop a few riders. Riders will be in Preissac for quite a while since the village is over 30km long, between the convenience store at the north end all the way to the marina. Right after the marina, riders will pass by the Laronde mine, the deepest underground mine of Abitibi with a 2.2km shaft straight down and ore reserves down to 3.1km! Riders will also sprint in front of the mine with the sweet smell so typical of ore mills in the background. You can try to identify the lovely perfumes mixed together! Not too long after the mine, right-hand corner on highway 117 towards Rouyn-Noranda. Since stage 2 will go through the same stretch of road, I will save a few informations for tomorrow. In Rouyn-Noranda will be 3 laps of a 3.7km circuit to give a good show to the spectators. The circuit is different from 2013 and includes a false-flat that should wear out riders at the end of a long stage. The end of stage one will also celebrate our first GC leader of 2016. The bets are open!

dimanche 17 juillet 2016

Aperçu de la première journée / Preview of day one


Nous y voici, le 48e tour de l'Abitibi débute! Que ce passera-t-il en cette première journée dans les corridors du CEGEP de Rouyn-Noranda? En voici un bref aperçu:

  • L'accréditation des coureurs et du personnel des équipes avec photos et cartes-repas, ainsi que l'accueil informatif, l'octroi des classes-dortoirs, le tout en français et en anglais et parfois en utilisant le langage des signes!
  • La vérification des licences UCI des coureurs. Il en manque toujours et c'est toujours la course pour que les commissaires puissent tout vérifier avant le départ de la première étape mardi.
  • Encore pire, la vérifications des preuves d'assurances en cas de visite à l'hôpital! Il y a toujours des cas de dernière minute qui doivent être régularisés avec des compagnies d'assurances. Nous ne sommes pas aux États-Unis, mais même un court séjour à l'hôpital peut coûter très cher sans assurance... Équipes, SVP faites un effort avant d'arriver sur place!
  • Il y aura bien sûr un premier contact pour les coureurs avec leur lieu d'hébergement, beaucoup de questions sur le wi-fi, où sont les douches et s'il fait chaud et que la climatisation du CEGEP ne fonctionne pas, beaucoup de visites au Wal-Mart pour acheter des ventilos ou des climatiseurs.
  • Ce sera aussi le premier choc alimentaire pour certains représentants de pays peu habitués à la nourriture nord-américaine i.e. le Japon et le Maroc par exemple. On ne mange pas de soupe au poisson pour le petit-déjeuner ici... En fait on n'en mange jamais! Coureurs Marocain, méfiez-vous des hots-dogs. On ne sait vraiment pas ce qui est inclus dans la fabrication de ces saucisses industrielles et une oreille ou une queue de porc, c'est du porc quand même!
  • En début pm, première réunion d'une série de trois pour les directeurs sportifs des équipes. Celle du Challenge Sprint. Ça ne devrait pas être très long. Le défi majeur sera de bien prononcer le nom de Mark Fasczewski.
  • Avant le Challenge Sprint: prise de photos officielles d'équipe en compagnie des sponsors partenaires de chaque équipe. En "costume de cycliste"! Et apportez-donc le vélo le plus cher de l'écurie pour avoir l'air hot. Et impressionner les autres équipes.
  • Ensuite, place au spectacle du Challenge Sprint, un tournoi éliminatoire de sprint qui est indépendant du véritable Tour de l'Abitibi débutant mardi. Par contre, les bourses monétaires sont très intéressantes et motivantes! De quoi passer un très beau dimanche soir le 24 juillet prochain...
  • Après le Challenge Sprint et le souper, première soirée au salon VIP avec tout le monde sur place! Le plus dur commence pour les membres de l'organisation. Oui, nous sommes à plaindre... SVP encouragez-nous à passer au travers de cette semaine où la plupart des membres utilisent leurs vacances annuelles pour faire du bénévolat afin d'offrir aux équipes une semaine inoubliable de compétition cycliste. Que le spectacle commence!
Here we are, the 48th Tour de l'Abitibi is about to begin! What will be going on during this first day of activity in the hallways of the CEGEP of Rouyn-Noranda? Here is a brief preview:
  • Credentials distribution for riders and staff with photos and meals card, classroom/bedroom assignments for teams, along with reception and information session in both French and English and sometimes sign language!
  • UCI licence verification for riders. Some are always missing and its a race to gather everything for the commissaires before the start of stage 1 on Tuesday.
  • Even worst is the verification of valid medical insurance for all foreign riders! There are always last-minute cases needing attention with insurance companies. We're not in the USA, but even a short stay at the hospital can cost a lot of dough without insurance... Teams, please gather all the info before getting here!
  • It will also be the first experience for riders with the place where they will stays for the next week. We expect lots of questions about wi-fi, showers and, if the weather is warm and the CEGEP's air conditionaing is not working properly, visits to Wal-Mart to buy fans and air conditioners.
  • It will also be a first culinary shock for teams from outside North America such as Japan and Morocco. We dont have fish soup for breakfast here. In fact, we never eat fish soup! Moroccan riders, stay away from hot dogs. We really dont know what goes into industrial sausage, and even a pork's ear or tail is pork!
  • In the early afternoon happens the first of three meetings for teams DS: the Challenge Sprint meeting. It should be a quick one. The main difficulty will be to correctly pronounce Mark Fasczewski's name.
  • Before the Challenge is the official team photo session with local representatives from each sponsor. Wear your cyclist suit. And bring the most expensive bike on the team to impress other teams and look spiffy.
  • Then, let the Challenge Sprint show begin! It consists of an eliminator-type sprint tournament independant of the real Tour de l'Abitibi. However, prize money is highly interesting and motivating. Enough to have a really good Sunday night on July 24th...
  • After the Challenge Sprint and dinner, it is the first evening at the VIP lounge with everybody on site! The hardest part of the Tour starts for volunteers and staff. Please show your support to help us go through this week when most volunteers use their own annual vacation time to ensure you experience and incredible stage race. Now, let the show begin!