Bienvenue sur mon blogue du Tour de l'Abitibi. Je suis impliqué depuis 4 ans dans l'organisation du Tour et je suis opérateur radio-tour durant les courses. J'espère pouvoir vous informer sur le déroulement des étapes, sur les faits intéressants à relater et sur mes impressions de la course et de tout ce qui l'entoure. Étant assis dans la première voiture derrière le peloton, je suis généralement au fait de tout ce qui se passe durant les étapes. J'écrirai donc ici dans les jours précédent le Tour de l'Abitibi et durant toute la semaine que dure le Tour.

Welcome to my blog featuring the Tour de l'Abitibi. I have been involved with the Tour's organisation for the last four years and am the radio-tour operator. I hope to inform readers on the racing during the different stages, on interesting facts during the race and on my general impressions on the Tour an everything that revolves around it. I will therefore start writing on this blog during the few days before the Tour and for the entire week that the Tour lasts for.



dimanche 27 juillet 2014

La fin de la guerre qui n'a pas eu lieu / The end of the war that never materialized


Le Tour de l'Abitibi Desjardins est maintenant terminé pour 2014.  L'édition est ponctuée de nombreux faits saillants et de rebondissements parfois dans des circonstances nébuleuses et malheureuses, comme le changement de maillot brun à l'issue de la 5e étape qui a dépossédé l'américain Will Barta de la tunique de leader du classement général sur une chute à 3.5km de l'arrivée. Des accusations ont été portées vers les français, celles-ci n'ont pas été confirmées par d'autres témoin de la chute, bref, la frustration était palpable chez les américains et on sentait que les danois courraient aussi contre l'équipe de France. La guerre annoncée qui devait se tenir lors des deux dernières étapes n'aura finalement pas eu lieu.

On prévoyait de la casse à la 6e étape, un circuit urbain aux nombreux virages. Les ardeurs auront probablement été refroidies par un orage qui a laissé de nombreuses accumulations d'eau dans les rues localement fripées d'Amos. On se disait donc que les américains attendaient la 7e et dernière étape pour porter un grand coup. Finalement, la 7e étape a été tranquille, les américains n'avaient plus de jambes pour attaquer et les français ont tout bien contrôlé. Au final, on a été servi par un podium d'étape Japon-Colombie-Maroc! Une belle surprise qui ajoute de la variété au palmares 2014.

Bien que la guerre n'ait pas eu lieu, on s'y préparait fermement dans le peloton. La preuve ci-dessous:

The Tour de l'Abitibi Desjardins 2014 is now over. We witnessed many upsets, including some drpaed in controversy, like Will Barta's crash on the 5th stage, when he lost the brown jersey of GC leader 3.5km from the finish. The French were pointed for supposedly causing the crash on purpose, but other witnesses did not confirm that version. Anyhow, the Americans were deeply frustrated and we also felt that Denmark would also start racing aginst France. The war that was awaited for the last two stages finally did not materialize.

The forecast for an action-packed urban circuit for the 6th stage on a twisty course was sidetracked by heavy rain that left deep puddles of water on the locally wrinkled streets of Amos. We then thought that war was postponed to the 7th and last stage and that the Americans were just waiting to start their final assault. It was not the case and we were treated to a somewhat boring stage. The Americans looked tired and the French controlled the race expertly. The stage's podium was a surprising Japan-Colombia-Morocco top three. A nice surprise for the 2014 record book.

Despite the war not happening, riders were well prepared. Proof below:

Frères d'armes! L'application des peintures de guerre / Brothers in arms. War paint application.

L'équipe Race CF peinte en entier au départ de la 7e étape. Probablement celle avec le meilleur esprit d'équipe et l'attitude la plus relaxe. Du bon contrôle de vélo aussi! / Race CF team in full war paint regalia at the start of stage 7. Probably the one with the best team spirit and a welcome relaxed attitude. Good bike control too!

samedi 26 juillet 2014

Voici Daniel / Meet Daniel

L'équipe médicale du Tour a tissé des liens particuliers avec de nombreux coureurs cette semaine étant donné le nombre de chutes. Parfois la langue peut être un obstacle, mais mettre des bandages sur une personne doit tout de même contribuer à briser la glace entre deux personnes.

Daniel Yakushevich, originaire de Tucson en Arizona, est maintenant un des clients favoris de l'équipe médicale. Son sens de l'humour est apprécié lors de ses passages pour changer ses pansements. Comment en est-il arrivé là? Tout a commencé lorsque Daniel remontait les voitures dans la caravane après avoir dû s'arrêter pour un changement de roue à la suite d'une crevaison. Il était à la hauteur de la voiture du médecin, dans l'aspiration de cette dernière, à quelques centimètres du pare-choc arrière. Une nouvelle chute s'est produite au peloton, provoquant l'arrêt brusque de la voiture précédent celle du médical, la voiture du médical freinant aussi brusquement. Daniel devait avoir la tête dans le guidon ou ailleurs car il ne s'est pas esquivé et a percuté la voiture médicale de plein fouet. Voilà pourquoi il possède maintenant un bandage identifié "Nissan bumper"!

L'équipe du médical tient aussi à saluer sur ce blogue le coureur qu'elle surnomme "Princess". Voilà, c'est fait et il se reconnaîtra sûrement!

Voici d'autres photos de notre équipe médicale en action. Il en ont eu pour leur argent cette semaine. Des 165 coureurs partant, il en restait 137 au départ de la 6e étape aujourd'hui. On en aura perdu quelques autres aujourd'hui arrivés hors-délai. Pas de casse aujourd'hui heureusement.

The Tour's medical crew is getting to know many riders very well this week due to the high number of crashes. Sometimes, language can be a barrier, but I guess treating someone else's wounds contributes to breaking the ice betrween two persons.

Daniel Yakushevich is from Tucson Arizona. He became one of the regular fixtures at the medical room this week. How did he get there? Everyting started when Daniel was making his way back through the caravan of cars after changing a wheel due to a puncture. He was right behind the medical car, a few centimeters from the rear bumper taking the draft waiting to jump to the next car. That's when a crash occurred in the peloton. The car in front of the medical car stopped abruptly, then did the medical car itself. Daniel had is head down or was looking elsewhere, because he did not swerve out of the car's draft and hit its rear bumper. This is what explains his bandage labeled "Nissan bumper"!

The medical team wishes to salute on this blog the rider they nicknamed "Princess". There you go, he shold know we're talking about him.

Here are a few more pics of the medical team in action. They were kept very busy all week long. Out of the 165 riders starting the Tour on Tuesday, only 137 were left at the start of today's stage and we lost a few more to the time cut. Thank God, no serious crash today.

Le médical dans le feu de l'action / Medical team member in action

Coureurs se faisant soigner / Riders being attended to

L'équipe médicale trouve quand même le temps d'utiliser son imagination à faire des coups plates. Un coureur a oublié son téléphone cellulaire dans la salle du médical. En un tournemain, le téléphone s,Est transformé en gros pansement  bien serré avec en prime deux condoms! L'histoire ne dit pas encore combien de temps fut nécessaire pour déballer le téléphone / The medical team still finds enough time to play pranks. An unfortunate rider forgot his cell phone in the medical room. It was turned instantly into a giant bandage holding two condoms! We still don't know if the rider is finished opening up his cell-phone bandage.

 La victime et ses bourreaux / The victim and his bullies

Un autre coup pendable du médical. Il s'agit du lit du directeur technique du Tour. Qu'est-ce qui se cache sous l'emballage? Surprise! / Another prank from the medical team. This is the Tour's technical director's bed. What hides beneath the paper? Surprise!



vendredi 25 juillet 2014

L'asphalte / Asphalt

Attrait touristique numéro un / Number one tourist attraction

Tout observateur néophyte du cyclisme pourrait croire que les coureurs du Tour de l'Abitibi ont un appétit insatiable pour l'asphalte. Soyons clairs, on ne parle pas d'avaler 600km en une semaine ici mais plutôt de visiter la dite asphalte de près à vitesse élevée et de se relever pour ensuite possiblement revisiter la surface abrasive en question.

Les chutes font partie des courses de vélo. L'aspect spectaculaire est bien réel, mais le bruit et les images de chutes donnent plutôt froid dans le dos. Pour l'avoir déjà fait moi-même, la visite de l'asphalte à haute vitesse protégé seulement d'une mince couche de Lycra peut être vraiment douloureuse et lourde de conséquences. La tête est peut-être protégée d'un casque, mais les commotions cérébrales communes à de nombreux sports guettent quand même les cyclistes. Les os peuvent aussi céder et la fracture de la clavicule est très commune. Le bras opposé tenant l'épaule ne ment habituellement pas. Le niveau de sanguignolence atteint toutefois son paroxysme avec les nombreuses abrasions générées par notre vedette, l'asphalte. Les cyclistes ont de nombreuses façons d'appeler les plaies rouges, comme pizza, chip au barbecue etc.

La plaie elle-même n'est généralement pas si grave, mais elle peut vous empêcher de dormir sur votre côté favori, coller dans les draps ou suinter de pus... Imaginez le plaisir renouvelé si on chute à nouveau sur une plaie encore fraîche!

Cette semaine, le service médical bat des records d'assistance. On dira qu'une attraction touristique en amène une autre!

Bel exemple / A fine example

All new observers of cycling could think that cyclists from the Tour de l'Abitibi have an insatiable appetite for asphalt. Let's be clear here, we're not talking about 600km of racing in one week but about visiting the asphalt at high velocity for getting back up and possibly re-visiting the abrasive surface later on.

Crashes are part of cycling. The spectacular aspect of crashes is real, but the soudtrack and the images are scary enough. For having crashed myself, I can say that visiting the asphalt at high speed protected by a mighty layer of Lycra can be a painful experience and have serious consequences. The head might be protected by a helmet, but concussions are a risk like in so many other sports. Bone can give too, and the ever common collarbone fracture is always looming. The opposite arm clutching a shoulder is hint of a collarbone fracture. However, the level of gore goes to 11 with road rash, courtesy of our asphalt friend. Cyclists nickname their rashes, calling them pizzas, BBQ chips etc.

The rash itself is generally not life threatening, but it will hinder from sleeping on your favorite side, it will stick to your sheets or leak pus... Just imagine the feeling of crashing again on a fresh rash!

This week, our medical service beats assistance records. One attraction benefits the other!

jeudi 24 juillet 2014

Images tardives / Late night photos

Une des attractions principales du Tour de l'Abitibi est définitivement le salon VIP. Nul besoin d'être une personne très importante pour y entrer, c'est le rendez-vous des bénévoles, directeurs d'équipes, mécaniciens et soigneurs. De longues heures y sont passées chaque soir afin de discuter d'enjeux vitaux pour le bon déroulement de la course jusqu'aux petites heures du matin. Évidemment, les longues discussions nécessitent une bonne hydratation et l'organisation veille à ce que tous soient constamment ravitaillés.

Ceci donne lieu à l'occasion à des soirées enlevantes, comme celle d'hier où un tournoi de bière-pong fut organisé. Voici une série de clichés illustrant l'évolution de la soirée. Heureusement, tous ont généralement un éclair de lucidité pour décider d'aller se reposer en vue du contre-la-montre du lendemain matin. Le réveil à 6h30 peut être quelque peu difficile parfois...

One of the main attractions at the Tour de l'Abitibi is definitely the VIP lounge. No need to be a very important person to get in, it is the daily rendezz-vous of volunteers, team managers, mechanics and soigneurs. People spend long hours there discussing top-priority race topics until the wee morning hours. Obviously, long discussions imply excellent hydration and the organization takes pride in providing constant feed.

Occasionally, evenings get action-packed like yesterday's beer-pong tournament. Here are a few pictures illustrating the evolution through the night. Fortunately, people usually realize they need to get some rest as the morning time trial is approaching fast. The 6:30am alarm may feel a bit too early for some...


Le tournoi peut commencer. Il est déjà presque 1h du mat'... / The tournament is open. It is almost 1am already...

Un maître de cérémonie professionnel ajoute de la crédibilité à la soirée / A professional MC always adds credibility to the mix

 Une arène de jeu officielle. Probablement la pire photo à vie de Karine Bédard. L'outil "rogner" aurait pu être utile... / An official pong court. Most probably Karine Bedard's worst picture ever. The "crop" tool could have been useful...

Sûrement un lancer victorieux / After a goal


 Un contre-la-quoi demain matin? Tu veux rire, non? / What do you mean by time trial. Tomorrow morning, you must be kidding, right?

Avoir du visou à 1h44 du mat', un tout autre concept... / Aiming at 1:44am is a brand new game...

mercredi 23 juillet 2014

Merci Heinrich Rudolf Hertz / Thanks to Heinrich Rudolf Hertz

M. Heinrich Rudolf Hertz n'a pas inventé la location de voitures. Il a plutôt construit un appareil produisant des ondes radio, qui démontrera donc l'existence des ondes électromagnétiques. C'est grâce à lui que je fais donc le Radio-Tour et que tous peuvent savoir ce qui se passe durant les étapes du Tour. L'importance de telles informations est devenu crucial hier quand la répétitrice a cessé de fonctionner et que le signal émis par ma radio n'était plus relayé. J'avais un peu expliqué l'an dernier comment ça fonctionnait (http://tourabitibi.blogspot.ca/2013/07/le-setup-et-un-possible-changement-de_16.html) mais voici quelques images qui illustrent le côté technique de l'opération et du matériel impliqué, donc autant de chances de pépins!

Mr. Heinrich Rudolf Hertz did not invent car rental. Instead, he assembled a device pruding radio waves demonstrating the existence of electromagnetic waves. It is therefore due to him that I can be radio-tour operator and that everyone involved can hear what is going on in the race. The importance of such informations being transmitted is crucial and was clearly demonstrated yesterday when the signal was not relayed anymore by our repeater. I had explained a bit how it worked last year (http://tourabitibi.blogspot.ca/2013/07/le-setup-et-un-possible-changement-de_16.html), but here are a few images that illustrate the technical side of the operation and of the material implicated, which also means many chances of things going wrong!

 Liste de maillots pour identification, liste de coureurs, guide technique et calepin. Beigne non-nécessaire. / Jersey list, rider list, technical guide and notebook. Donut not essential.

Un radio pour la fréquence Radio-Tour et un pour la moto-info. Un troisième radio est situé à l'avant pour la fréquence commissaires. Attention à ne pas griller les fusibles de la voiture! /  One radio for Radio-Tour, one for the information motorcycle. A thrid radio is up front for the commissaires' frequency. Be careful not to toast the car's fuses.

Microphones identifiés prêts à faire feu, radio portatif en cas de défectuosité et de l'eau pour la gorge. Et pour faire descendre le beigne. / Mics clearly labeled ready to fire, a portable radio as a back-up and water for the throat. And to help swallow the donut down. 

Ceci n'est pas un insecte mais une voiture à quatre antennes. / Not an insect but a four-antenna car. 

Installation similaire sur une moto. Beigne manquant. Reflet involontaire dans le rétroviseur droit. / Similar setup on a motorbike. No donut. Unvoluntary reflexion in right side mirror.

La pièce maîtresse, la répétitrice. Une ingénierie exemplaire des années 1980. Celle du bas sert de secours. Si ça flanche, nous sommes foutus. Si la caravane s'étire trop et que le camion de la répétitrice est trop loin derrière, nous sommes foutus aussi. Comme aujourd'hui par moments! / The centerpiece, the repeater. A fine example of 1980 design. The bottom one serves as a backup. If it fails, we're screwed. If the caravan is stretched too far, we're screwed again. Like it happened momentarily today!




Et pour terminer, les amenchures bizarres de TV-GO qui (tente) de diffuser en direct sur le web les images des étapes via le réseau cellulaire quelque fois limité de l'Abitibi. Je crois que le bac Rubbermaid attaché au toit du camion est un bel exemple de système-D! / And finally, the bizarre setups of TV-GO who are (trying) to broadcast live on the internet all the images of the race over the sometimes limited cellular network of Abitibi. The Rubbermaid box strapped to the top of the car is a perfect example of a handyman's work! Only duct tape is missing.

mardi 22 juillet 2014

Le Tour fractal / The fractal Tour

C-H-A-O-S dès les premiers tours de pédalier de la 46e édition du Tour de l'Abitibi Desjardins. Des crevaisons et au moins deux chutes dont une majeure dans les premiers 2 km, alors que la course était encore neutralisée pour sortir de Rouyn-Noranda! On a finalement stoppé l'épreuve, le temps que tout le monde revienne au peloton et qu'on règle aussi un problème de radio.

La recette du fractal abitibien: nervosité des jeunes coureurs, peloton énorme de 165 coureurs, très fort vent, température écrasante, vitesse élevée. Passez au mélangeur pendant 2h30 et vous avez 108 km bien remplis d'incidents, d'échappées, d'attaques, de crevaisons, de ravitaillements de masse. De quoi étourdir votre opérateur radio-tour!

Mais ce que retiens le plus de ma journée: le Sportkilt! Une invention fantastique qui permet à un coureur cycliste de tranquillement enfiler un cuissard en pleine rue sans offusquer personne. En plus, c'est très chic si vous voulez mon avis. Pas trop sûr du côté hygiénique de la chose alors qu'il semblait n'y avait avoir qu'un seul Sportkilt pour une équipe de six coureurs!

Je vous laisse sur quelques photos de la journée 1.

It was C-H-A-O-S from the first rpm of cranksets for the 46th edition of the Tour de l'Abitibi Desjardins. Punctures and at least two crashes, including a major one in the first 2 km all happened while the race was still under controlled speed leaving Rouyn-Noranda! We finally stopped the race to make sure everyone could get back to the peloton before we would racing again and we also fixed a radio problem.

The recipe for a delicious abitibian fractal: nervous young riders, a huge peloton of 165 units, a very strong wind, a hot and humid day, a high speed. Mix in a blender for 2.5 hours and you get 108 km filled with incidents, breakaways, attacks, punctures, massive team feeding etc. Enough to get your radio-tour operator dizzy!

But the highlight of my day was definitely the Sportkilt! A fantastic invention that allows a rider to conveniently suit up with his bib shorts in plain sight of everyone without shocking anyone. It very chic too! I'm not too sure about the hygiene aspect of the kilt since there seemed to be only one kilt available for a team of six riders!

Here are a few pictures from day 1:

 L'autobus vomit ses coureurs / The bus puking out riders

Le Sportkilt!!! / The Sportkilt!!! 

 Un bel arrangement de Felts / Nicely arranged Felts

Salle de triage en plein-air / Open-air ER

lundi 21 juillet 2014

MIA comme Chuck Norris

Avez-vous vu cet homme? Il était "Missing in Action" lors de la présentation des équipes et pendant le Challenge Sprint Abitibi 2014. Il s'agit de Randy Ferguson, animateur professionnel, maître de cérémonie et communicateur exceptionnel. Donc, M. Randy a décidé de se fier à une tierce partie pour venir en Abitibi cette année. Il est arrivé un peu en retard, après toutes les activités du lundi soir! L'organisation avait donc de bien grands souliers à remplir sur la scène principale à la ligne d'arrivée pour cette soirée d'ouverture.

Luc Arseneau et votre humble serviteur ont donc dû se préparer en catastrophe et trouver une manière de fonctionner et des trucs intéressants à dire pour présenter les équipes et dire quelques mots sur un coureur ou deux dans chaque équipe. Une tâche facilitée par les CV des coureurs fournis par les équipes, mais quand même un ramassis de dernière minute! On passera pour les vêtement chics sur scène: pas le temps pour ça! La description du Challenge Sprint est aussi allée à vos deux bouche-trous favoris. Le spectacle a beaucoup aidé à faciliter l'animation! Bref, les deux clowns de service vont se coucher avec le sentiment du devoir accompli. Demain, le pro reprend son dû. On te repasse le micro Randy!

Have you seen this man? He was MIA during the team presentation and the Challenge Sprint Abitibi 2014. His name is Randy Ferguson, and he is a professional announcer, MC and an exceptional communicator. Mr Randy decided to put his fate in someone else's hands to come up to Abitibi. He got here a little late, after all of Monday night's activities! The organizing committee had huge shoes to fill on the main stage at the start-finish line for the opening ceremonies.

Luc Arseneau and myself had to rush up a last minute preparation to find interesting stuff to say when presenting teams, a few words on one or two riders and a way to coherently deliver the message. Resumes provided by teams to the organizing committee helped a lot, but it was nevertheless a really last-minute effort! Forget nice clothes to wear on stage, no time for such shenanigans! The description and analysis of the Challenge Sprint was also dumped on us, but the action on the road made the job easier. In the end, the two clowns on stage can go to bed with the feeling of a job well done. Tomorrow, the old pro takes back the mic!