Bienvenue sur mon blogue du Tour de l'Abitibi. Je suis impliqué depuis 2008 ans dans l'organisation du Tour et je suis opérateur radio-tour durant les courses. J'espère pouvoir vous informer sur le déroulement des étapes, sur les faits intéressants à relater et sur mes impressions de la course et de tout ce qui l'entoure. Étant assis dans la première voiture derrière le peloton, je suis généralement au fait de tout ce qui se passe durant les étapes. J'écrirai donc ici dans les jours précédent le Tour de l'Abitibi et durant toute la semaine que dure le Tour.

Welcome to my blog featuring the Tour de l'Abitibi. I have been involved with the Tour's organisation since 2008 and am the radio-tour operator. I hope to inform readers on the racing during the different stages, on interesting facts during the race and on my general impressions on the Tour an everything that revolves around it. I will therefore start writing on this blog during the few days before the Tour and for the entire week that the Tour lasts for.



mardi 24 juillet 2012

Bilan 2012 / Wrap-up for 2012

Voici quelques observations du Tour de l'Abitibi 2012 afin de tirer un bilan de cette 44e édition:

  • Franc succès pour l'épreuve du Challenge Sprint Abitibi qui fut un spectacle excitant et qui a ravi la foule présente. Un soir très tard durant le Tour, quelqu'un a suggéré d'organiser un Challenge Sprint des directeurs sportifs... ça pourrait être intéressant!
  • Le parcours au Témiscamingue a été apprécié de tous, tout comme l'accueil autant à Timiskaning First Nation qu'à Lorrainville. Des routes comme ça, on en prendrait n'importe quand!
  • Le parcours de Mont-Brun a lui aussi été apprécié et les gens de Mont-Brun étaient heureux de recevoir le Tour. Une randonnée personnelle m'a également permis d'apprécier la route jusqu'au Parc d'Aiguebelle qui pourrait aussi servir pour allonger l'étape ou encore pour un contre-la-montre. Du beau revêtement et des vallons dans un décor agricole. Magnifique!
  • L'équipe de bénévoles de Rouyn-Noranda a relevé le défi avec brio même si le Tour était absent de Rouyn-Noranda depuis 1996. Aucun accro majeur, si bien que tous les bénévoles étaient relaxes et que l'ambiance au sein de l'organisation a été fantastique.
  • Côté sportif, nous avons "subi" une domination outrageuse de l'équipe nationale des États-Unis, mais leur talent était également exceptionnel. Espérons que les quelques équipes de top niveau auront une meilleure parité l'an prochain. Peut-être reverrons-nous la Nouvelle-Zélande et le Japon? Recevoir une ou plusieurs équipes européennes pourrait aussi donner du fil à retordre aux américains. La France? Les Pays-Bas?
  • Les équipes de pays "en développement" comme la Thaïlande, le Guatemala et la Colombie ont démontré qu'ils étaient capable de rouler au même niveau que les autres. Il n'y avait pas de clowns là-dedans et c'est très encourageant. Il me reste à apprendre un peu plus d'espagnol et peut-être quelques mots de thaï pour le radio-tour!
  • Les rencontres faites au Tour de l'Abitibi demeurent probablement l'aspect prépondérant qui amène les bénévoles à travailler année après année. Que ce soit les athlètes, les directeurs sportifs, les mécanos, les accompagnateurs, les commissaires ou tous les autres bénévoles, on fait la connaissance de nombreuses personnes intéressantes. C'est pourquoi je serai encore là l'an prochain!
On remballe nos affaires du Tour 2012! / Wrapping-up the 2012 Tour!
Here are a few observations from the 2012 Tour de l'Abitibi in order to wrap-up the 44th edition.
  • The Challenge Sprint Abitibi was a great success and provided top-notch entertainment to the crowd. Late at night during the week, someone suggested to host a Challenge Sprint for team managers... it could be interesting!
  • The course in Temiscamingue was appreciated by everyone, just like the reception in both Timiskaming  First Nation and Lorrainville. We could use roads like this all the time!
  • The course from Mont-Brun was also appreciated and the people from this village were happy to host a stage start. A personnal ride also allowed me to appreciate the road from Mont-Brun to the Aiguebelle national park, which could be used to lengthen the stage or to host a time trial. Perfect pavement and rolling hills with fields and forest... magnificent!
  • The team of volunteers in Rouyn-Noranda was up to the challenge of hosting the Tour after a 16 year hiatus. No major upset, all went smoothly and everyone was relaxed to create an ideal mood to work in.
  • On the sporting side, we were treated to an American dominance, but the quality of the USA National team was also exceptional. Let's hope that other top teams will be more even next year. Maybe New-Zealand and Japan will return? Getting a few European teams could also complicate things for the Americans. France, Netherlands? We'll see.
  • The national teams from coutries in "development" like Thailand, Guatemala and Colombia showed that they were able to rise to the occasion. There were no spectators on these teams and that is promising for the future. I will need to improve on Spanish and maybe learn a few Thai words for radio-tour!
  • Meeting great people is what attracts volunteers year after year to the Tour. Be it athletes, team managers, mechanics, commissaires or other volunteers, we always meet interesting persons. That is why I will be back next year again!

lundi 23 juillet 2012

La fin / The end

Le mécano de Team USA, Ralph, au départ de la 7e étape / USA Team mechanic Ralph at the start of stage 7
Ouf, quelle semaine. On repart tous avec les yeux cernés, rougis ou avec des poches en-dessous. C'est beaucoup de travail et d'heures de sommeil en déficit le Tour de l'Abitibi. J'écris cet article et je retourne me coucher!

Hier, tout a commencé avec une idée qui semblait bonne au départ: rouler avec Marc, Randy et Catherine jusqu'au départ à Mont-Brun et pousser jusqu'à l'accueil du parc d'Aiguebelle. Dans des conditions normales, ça aurait été du gâteau, mais avec la fatigue et les abus de la semaine, à vitesse normale mes pulsations étaient dans le tapis! Le tapis ondulé de la route jusqu'à Mont-Brun m'a fait souffrir en masse.

L'étape d'hier a une fois de plus été très animée. Nous avons eu droit à du grand Barney King, coach de l'équipe nationale américaine. Ses coureurs ont aussi été formidables, ce qui nous a permis d'avoir une course excitante. Au lieu de neutraliser toute tentative d'échappée, ce qu'ils auraient pu faire très facilement, les coureurs américains ont une fois de plus provoqué les choses en sautant dans une échappée. Sur sept coureurs, trois étaient de Team USA, incluant le maillot brun Taylor Eisenhart qui n'avait pourtant rien à gagner en jetant ses énergies dans une échappée. Derrière, un peu tout le monde a été pris par surprise et la chasse ne s'est jamais vraiment bien organisée. Il y a bien un groupe de quatre coureurs qui a passé une bonne partie de la course intercalé entre l'échappée et le peloton, mais sinon, les autres équipes en lice comme le Canada n'ont pas pu se défendre contre les américains. Disons tout de suite un gros merci à Barney King. Il a fait gagner ses coureurs avec panache et ça nous a donné toute une course hier. Il aurait tout aussi bien pu jouer ça prudent et endormir tout le monde! Pour ajouter à la classe des américains, sur 3 coureurs dans l'échappée, deux n'ont pas vraiment sprinté à fond pour laisser la victoire d'étape à d'autres coureurs qui savoureraient bien plus qu'eux un triomphe d'un jour. Le troisième américain, Taylor Eisenhart, s'est laissé distancer de quelques secondes pour saluer la foule et montrer sa joie de remporter le Tour de l'Abitibi 2012. On pourra dire ce qu'on voudra sur les américains en général, mais les cyclistes de cette équipe ont démontré une très grande classe et des habiletés athlétiques hors du commun. La preuve: en continuant d'attaquer et en participant aux échappées des deux dernières étapes, les américains ont perdu leur classement général individuel parfait de 1-2-3-4-5-6. Il terminent tout de même 1-2-3-7-8-11.

Donc, la victoire d'étape est allée à Gerardo Vicente Medina Robles de l'équipe Major Motion. Il était vraiment heureux de cette victoire en franchissant la ligne d'arrivée.

Mention vraiment particulière à Romeo Daniel Quicibal Estrada de l'équipe du Guatemala. Il est allé chercher le plus de points qu'il pouvait au classement de la montagne hier et au final, deux coureurs ont terminé avec 17 points chacun. En cas d'égalité, les coureurs sont classés selon le classement général individuel. Qui était à égalité avec Quicibal Estrada? Un certain Taylor Eisenhart... Quicibal Estrada s'est battu jusqu'à la fin dans un combat probablement inégal et on doit le remercier pour ses efforts.

Autre bémol sur l'étape 7: une grosse chute a eu lieu à 1km de l'arrivée. Le Tour s'est terminé comme il avait commencé. Bill Brunner de l'équipe Colavita-Baci m'a fait remarquer hier que le premier coureur que j'ai nommé sur radio-tour pour chute à l'étape 1 était de l'équipe Colavita-Baci et le dernier à l'étape 7 aussi... Son coureur Matthew Phillips est d'ailleurs venu chercher son prix de meilleur coureur de l'équipe Colavita-Baci au gala le visage passablement ensanglanté. C'est dangereux le vélo!

Bref, c'est terminé. On retourne à nos jobs "normales" et on se revoit l'an prochain. L'édition 44 a été un franc succès sportif et d'organisation, on peut tous se féliciter d'avoir bien accompli notre travail.

Un autre tour qui s'est joué durant la semaine. Un "T" est apparu! / Another trick that was played during the week. Extra "T" for Borah Development!

Peloton étiré à l'entrée de Rouyn-Noranda / Stretched-out field entering Rouyn-Noranda

La raison pour quoi c'est étiré: trois coureurs de Team USA qui tirent! / The reason for the stretched-out field: three Team USA riders pulling at the front

Romeo Daniel Quicibal Estrada s'est battu jusqu'à la fin / Romeo Daniel Quicibal Estrada fought till the end
Wow, what a week. We are all leaving headquarters with red eyes from a week of sleep deprivation and some alcohol abuse... I finish writing this article and will go back to bed!


Yesterday started with what seemed like a good idea: riding with Marc, Randy and Catherine to the start site in Mont-Brun. Under normal circonstances, it would have been a piece of cake. But I was so tired that the rolling hills kept my heart rate in the red zone. Darn hills...


Yesterday's stage was again very animated. Barney King, coach of Team USA, showed his greatness and his rider's abilities, which allowed us to follow an exciting race. Instead of chaising down all breakaway attempts, which would have been easy for them, US National team riders jumped in them. In a seven-man breakaway, three were from Team USA, including brown jersey Taylor Eisenhart who had nothing to gain from shedding energy into a breakaway. Behind them, other teams looked puzzled at what to do. A group of four ended up chasing for quite a while, but otherwise, strong teams like team Canada could not derail Team USA's plan. We are grateful to Barney King's decision to get his riders to win with panache. We had quite a race yesterday, even though Tean USA could have made the race really boring. To emphasize the American's class, with 3 riders in the break, two did not really sprint, leaving the stage victory to other riders in need of some glory. The third Ameircan rider, Taylor Eisenhart, left a gap behind the breakaway to salute the crowd and savour his overall victory at the 2012 Tour de l'Abitibi. We can sometimes be judgemental about the American nation in general, but this team's cyclists showed their great class and tremendous athletic abilities. Their fondness on competing and jumping in the breakaways instead of controlling the race made them lose their 1-2-3-4-5-6 supremacy in the GC. They finished 1-2-3-7-8-11.


So the stage went to Gerardo Vicente Medina Robles from team Major Motion. He seemed really happy crossing the line!


We also need to acknowledge the efforts put in the stage by Romeo Daniel Quicibal Estrada from Guatemala. He did all he could to win points yesterday for the mountains classification and ended up in a tie for first place with 17 points. In case of a tie, the tiebreaker is the individual general classification. Who was he up against? Taylor Eisenhart, brown jersey and GC winner. Quicibal Estrada really gave it all and we must thank him for his efforts.

Another sad note for stage 7: the Tour finished like it started, i.e. with a major crash with 1km to go. Bill Brunner from Colavita-Baci mentioned that the first team I called on radio-tour on the first day's crash was Colavita-Baci, and they were the last team I called yesterday after the crash. Matthew Phillips, who came to the awards ceremony to collect his prize as best rider in the GC for Colavita-Baci, showed the consequences of the crash with road rash and blood all over his face. Cycling is a dangerous sport.


So it's all over. We are going back to our normal day jobs and we'll see you again next year. The 44th edition was a great success on both the racing and organizational sides. Congratulations everyone!

dimanche 22 juillet 2012

Etape 6: nous on est dans le vent / Stage 6: ride like the wind

Le maillot brun, Taylor Eisenhart, à la vérification des braquets /  Taylor Eisenhart, brown jersey, at the gear check
Nous avons eu droit à une étape 6 assez fertile en tentatives d'échappées et en attaques de toutes sortes. Les conditions de vent s'y prêtaient très bien, avec un vent soutenu majoritairement de côté au départ, puis de face et ensuite franc dos au retour. Le peloton serpentait à souhait d'un côté à l'autre de la route et de nombreux coureurs ont tenté leur chance devant, soit en initiant des échappées, ou en faisant le pont avec ces dernières. Au lieu de seulement chasser les échappées, les coureurs de l'équipe nationale américaine ont changé de stratégie: ils prenaient part aux échappées. Les autres équipes devaient donc aussi travailler pour chasser les fuyards. Même le maillot brun, Taylor Eisenhart, a fait parti d'une échappée relativement longue. Cependant, quand team USA a décidé que c'en était assez au premier tour de circuit, les échappées ont été reprises. Ça s'est terminé au sprint final avec une victoire du sprinteur canadien Brian Etlz, devant Miguel Byron de l'équipe de développement américaine A et Elliot Doyle de l'équipe du Québec.

Au jeu des bonifications, Etlz a réussi à remonter au classement général et brise maintenant la suprématie américaine en pointant 4e. Aujourd'hui, Evan Hartig et Yohan Patry auront une dernière chance de s'illustrer eux aussi pour remonter parmi les américains. Le maillot brun n'est probablement pas en jeu, mais on surveillera ce qui se passe aux positions 4 à 9 du classement général individuel. Chez les meilleurs jeunes, dernière chance aussi pour Evan Hartig de Borah Development. Il pointe à 4 secondes de la tête, derrière Logan Owen et Geoffrey Curren de team USA.

Au chapitre du varia, bien peu de choses à dire hier. Le peloton est passé à Évain devant l'atelier de bricolage libre-service "Bizounez vous-mêmes", un classique des affiches hilarantes (à ce titre, ceux qui feront la route vers Montréal au retour, remarquez les mini-entrepôts "Le Kriss-Tout", un bijou!) On a aussi vu Fred Caillou en bord de route un  peu plus loin. Sinon, le party a pogné solide au VIP hier soir. Il parait même que des coups pendables se sont joués. Il parait...

We were trated to a very animated stage 6 yesterday with numerous attacks and counter-attacks. The windy conditions were favourable for breakaways, with a crosswind at the start, a strong haedwind going south and a tailwind all the way back. The peloton was swerving left and right on the road and many riders broke away or bridge gaps to join existing breakaways. Instead of chasing down all breakaways, the US National team decided to jump inthem, leaving the chase to other teams. Even brown jersey (GC leader) Taylor Eisenhart was part of a lenghty break. However, when Team USA decided enough was enough, all breakaways were caught on the first lap of the finishing circuit. In a massive sprint, Canadian sprinter Brian Etlz placed first, in front of Miguel Byron from USA development selection A and Elliot Doyle from the Quebec team.


With the bonus time, Etlz has now broken up the American supremacy in the GC with a 4th place. Today, it is the last chance for Evan Hartig and Yohan Patry to try to do the same. The brown jersey is probably not in jeopardy, but positions 4 to 9 will be at stake in the GC. In the best youg rider classification, Evan Hartig has a chance to jump ahead of Logan Owen and Geoffrey Curren, both from the USA National team.


There was a lot of action in the VIP room yesterday night as well. There is a rumor about tricks beign played out. Rumors...

Le peloton au retour vers Rouyn-Noranda / The peloton heading back to Rouyn-Noranda

Bien emballée / It's a wrap

Tel qu'aperçu dans le stationnement au Tour de l'Abitibi tard samedi soir...

As seen late saturday night in the Tour de l'Abitibi parking lot...




samedi 21 juillet 2012

Aperçu de l'étape 6 / Stage 6 preview

Ce matin j'ai du temps pour vous parler de l'étape 6 qui s'en vient. J'ai le temps car la randonnée des directeurs sportifs que je devais mener a été annulée. Il pleut abondamment à Rouyn-Noranda ce matin et ça s'annonce identique pour le reste de la journée. Ce qui pourrait compliquer l'étape d'aujourd'hui, une boucle qui part de Rouyn-Noranda vers le sud, jusqu'au village de Rollet et qui revient à Rouyn pour 3 tours de circuit. Il faudra compter sur la météo pour durcir la course parce que le parcours est relativement plat.

Donc, aucun grand prix de la montagne au programme, mais trois sprints de bonification pour des points et du temps. C'est là que ça pourrait faire des feux d'artifice. Je pense à Evan Hartig de Borah Development et à Yohan Patry, Brian Etlz et Olivier Brisebois du Canada qui pourraient être tentés de prendre des secondes de bonification pour remonter au classement général et ainsi briser le top-6 de l'équipe nationale américaine. Pas très loin derrière, Nigel Ellsay de Colombie-Britannique et Jorge Armando Moreno Martinez de Major Motion seront peut-être aussi au coeur de l'action. Hartig, Brisebois et Moreno Martinez sont aussi en lutte pour le classement du meilleur jeune. Au classement des points, le sprinteur Miguel Bryon pourrait inquiéter Alex Darville avec une autre victoire d'étape. Tous ces enjeux secondaires pourraient bien pimenter l'étape de ce soir. On s'en reparle!

PS: Pour voir de très belles photos du Tour, visiter la page Facebook de Hugo Lacroix Photographe.

I have time this morning to write about the upcoming stage 6 because the coaches' ride, which I was supposed to lead, was cancelled due to abundant rain. Showers are expected for the rest of the day too. It could make tonight's stage a bit more difficult. We will leave Rouyn-Noranda towards the village of Rollet to the south, and then come back to Rouyn for 3 laps of the circuit. The entire course is mostly flat.


With the flat course, there will be no king of the mountains sprints, but we have three bonus sprints for points and time. This is where fireworks might happen. I am thiking about Evan Hartig from Borah Development and about Yohan Patry, Brina Etlz and Olivier Brisebois which could all be tempted to grab bonus time to climb upwards in the general classification in order to break the domination of USA National in the top 6. Close behind, Nigel Ellsay from BC Cycling and Jorge Armando Moreno Martinez from Major Motion may also be in the thick of it for the same reasons. Hartig, Brisebois and Moreno Martinez will also be fighting it out for the best young rider's jersey. In the points classification, ace sprinter Miguel Bryon could threaten Alex Darville's lead with another stage win. All of these secondary battles will hopefully add some excitement to tonight's stage.


PS: To peek at some really nice pictures of the Tour, visit Hugo Lacroix Photographe's Facebook page.





vendredi 20 juillet 2012

Etape 5: une belle "ride" au Témiscamingue / Stage 5: a nice ride in Temiscamingue

Il a fait beau, il a fait chaud, les routes étaient lisses et libres de véhicules ou presque. Le paysage était magnifique et le relief ondulant à souhait. Le ti-gars ont sué en masse et vont ressentir les bosses du Témis ce soir ou demain demain matin dans leur jambes, en plus de la semaine qui commence à se faire longue pour certains. Oui, les coureurs ont probablement souffert, mais ça ne veut pas dire qu'il y a eu beaucoup d'action. Les américains ont laissé filé des kamikazes de temps à autre, mais ont contrôlé les écarts, si bien qu'aucune échappée n'a pris plus de 45 secondes au peloton. Un coureur de l'équipe Canada se l'est joué solo pendant un bon moment, mais on savait bien que ça ne tiendrait pas. On a fini ça au sprint à Lorrainville et c'est Miguel Bryon d'une équipe de développement de Cycling USA qui a battu tout le monde. Au moins, le Canada a fait 2e avec le sprinteur Brian Etlz, devant Alex Darville de l'équipe nationale américaine. Le jeu des bonifications n'a pas fait changer le classement général, c'est toujours USA 1-2-3-4-5-6. Étape peinarde, pas de chute, pas de crevaison.

Autrement, tous ont été grandement satisfaits de ce retour au Témis. Outre la route superbe et les paysages différents qu'en Abitibi, l'accueil était fantastique et la préparation et l'organisation des bénévoles exemplaire. On sentait que les gens étaient fiers de recevoir le Tour. Au départ à Timiskaming First Nation, nous avons même eu droit à des chants et de la danse traditionnelle autochtone. Ça change la routine!

Demain, randonnée des directeurs sportifs, si la température le permet. On va essayer de ne pas faire mourir personne sur la route. Comme on dit, ceci n'est pas une course! On s'en reparle. Une fois le gros morceau de carbone entre les deux jambes, il arrive que le cerveau ne suive pas vraiment... Ensuite, étape 6.

It was nice and warm, the roads were beautiful and trafic almost non-existant. The scenery was very nice too and the hills were rolling. The kids sweated a lot and their legs will remember the hilly Temiscamingue region. Plus, the days are adding up for some of the boys. The riders did suffer,  but that does not mean that we had a lot of action. The Americans controlled the front of the race and no breakaway took more than 45 seconds on the peloton. A rider from Canada did play it solo for quite a while, but we all knew it wouldn't hold. We had a massive sprint in Lorrainville and Miguel Bryon, from a Cycling USA development team took the win. At least, Canadian sprinting ace Brian Etlz finished second, ahead of Alex Darville from the USA National team. The time bonuses did not change the general claddification and it is still 1-2-3-4-5-6 USA National. No crash, no pucture. What a change from the previous days!


Otherwise, everyone was deeply satisfied with this stage in Temiscamingue. Aside from the beautiful roads and scenery, we felt like the Temiscamingue people were really proud to greet the Tour. The entire organization was perfect. We were even treated with traditional chants and dances at the start in Timiskaming First Nation village. Quite an experience.


Tomorrow, it's the technical director's ride, weather permitting. We'll try not to kill anyone on the road. This is not a race, this is not a race... The problem is, once the body straddles the big piece of carbon, the brain does not always follow suit. Afterwards, stage 6.


Vérification des braquets à Timiskaming First Nation / Gear check in Timiskaming First Nation

Danse traditionnelle / Traditional dancing

Une autre podium bleu-blanc-rouge / Another stars-and-stripes podium

Les couleurs du Tour / The Tour's colours

Nous avons eu une réponse à une question posée depuis longtemps: pourquoi le maillot brun et le maillot orange? On aurait pu penser que c'est parce que le jaune et le rose étaient déjà pris. Ou encore parce que ça représente le bois de l'industrie forestière régionale et les couchers de soleil sur les nombreux lacs. Ou même la couleur des lacs! Mais non. Rien de tout ça. Ce sont les couleurs préférées de Léandre Normand, fondateur du Tour! Il faut dire qu'on était en 1969, mais même en 2012, M. Normand affiche encore ses couleurs, comme hier à Malartic!

We finally got an answer about a question regularly asked at the Tour: why the brown and orange jerseys? We could have thought that it was becasue the yellow and pink we already being used. Or because it could represent the regional logging industry and the colourful sunsets over the region's numerous lakes. Or even the colour of the lakes! But no. Don't look for a symbolical explanation. Brown and orange are the favourite colours of Léandre Normand who founded the Tour. Of course, it was 1969, but still in 2012, Mr Normand is still displaying his appeal for these colours as seen yesterday in Malartic!
La chemise dit tout / The shirt says it all

jeudi 19 juillet 2012

Décision unanime / Unanimous decision


Il y a peu de choses qui font l'unanimité dans la vie. C'est la même chose au Tour de l'Abitibi. Donc, quand un aspect du Tour se démarque par les commentaires unanimes que l'on entend... il faut en parler. J'ai reçu des commentaires plus que positifs de la part d'entraineurs, de spectateurs, de bénévoles, hommes et femmes confondus. Je n'ai pas parlé à des coureurs, mais à cet âge là, les hormones dans le tapis, c'est certain qu'ils ont des commentaires positifs aussi, c'est juste qu'ils ne sont pas capable de les exprimer car ils sont bouche-bée. Faudrait qu'ils me les textent! De quoi je parle? Ben voyons, du choix des hôtesses pour les cérémonies protocolaires et de leurs robes. Allez, je vous gâte ce soir, voici deux photos qui parlent d'elles-mêmes!

Very few things are unanimously appreciated in life. The same goes at the Tour de l'Abitibi. So when one aspect of the Tour is unanimously acclaimed, we absolutely have to talk about it. I did receive positive comments from coaches, spectators, volunteers, men and women alike. I did not speak with riders, but at their age and with the hormones flying high, their comments would most certainly be positive. They just wouldn't be able to speak to me because they are dumbstruck. They should text about it! What am I talking about? What else than the selection of the podium girls and their outfits. I'll give you a treat tonight: 2 pictures are worth a thousand words!




Vous étiez avertis / I told you so

L'équipe américaine, en contrôle même avant le départ
Zut et rezut. L'étape de Malartic jeudi soir m'a donné raison. J'aurais tellement préféré avoir tort! Les gars de l'équipe nationale américaine ont muselé le peloton comme l'armada Sky le fait au Tour de France. Mais je pense que c'était encore pire. Sur 51km, les yankees étaient assez fort pour imposer leur rythme. Résultat: un moyenne horaire de près de 47km/h et personne n'a réussi à s'échapper. Barney King, leur coach, parle d'une équipe exceptionnelle quand il discute des succès de son équipe... parmi les meilleurs groupes de jeunes coureurs qu'il a dirigés dans sa très longue carrière. En plus, il fait vraiment un boulot exceptionnel pour leur montrer comment rouler en boss du peloton. Il faut dire qu'aujourd'hui, l'équipe du Canada a eu beaucoup de pépins avec les crevaisons et il semble que leur coah a décidé de ne pas envoyer ses coureurs se mêler du sprint final, peut-être trop risqué avec le rond-point à 450m de la ligne d'arrivée. On a d'ailleurs eu un accrochage sans trop de casse. Résultat: et bien c'est rentré 1- USA National 2- USA Development Selection A 3-USA National. Aussi bien dire top 3 USA. Au moins, mes amis du Guatemala ont placé un coureur en 5e position et ont remporté un sprint de prime. Des garçons courageux et très sympathiques, ces guatémaltèques.
Moment de patriotisme lors du podium de l'étape de Malartic
Donc, parlons d'autres faits marquants de cette étape: premièrement, deux "roteux" gracieuseté d'Osisko, encore quelques chutes, plusieurs crevaisons, un coureur de Cycling BC a tenté un duel contre un pick-up stationné en bord de route, mais surtout, on a eu droit à un coup de feu du pistolet de départ en plein discours du maire de Malartic avant le départ! Moi je pensais que c'était le maire qui avait le pistolet, mais non, quelqu'un avait une face de coupable après la course...
Passée aux aveux pour signal de départ farfelu
En tout cas, j'espère que les coureurs rivaux des américains vont reprendre des forces cette nuit. Endurer une course plate pendant 51km, ça passe, mais si il fallait que ce soit comme ça demain aussi, on va s'ennuyer. Au moins, le paysage sera superbe au Témiscamingue. 
Top 3 au classement général... c'est assez uniforme merci!





The American team looks in control even before the start
It's a shame I was right about the Malartic stage. I would have preferred beng wrong! The boys from the USA National team pummeled the peloton the way the Sky armada is doing at the Tour de France. I think it was even worst. On a short distance like 51km, the yankees were strong enough to impose their will over the pack. The speed was so high that nobody could break away and the final average speed was close to 47km/h. Coach Barney King says that his team is one of the best groups of young riders he had in his very lon carrer. Plus, he did a wonderful job of showing his riders how to be the boss in the peloton. We must say that Canada's chances today were hampered by numerous punctures. Plus, their coach likely told his riders not to sprint at the end, which may have been caused by risky roundabout 450m from the finish line. We did have a small crash there but nothing major. The result: 1- USA National, 2- USA Development Selection A, 3- USA National. Might as well say USA 1-2-3. At least, my friends from Guatemala were able to put a guy in fifth place and win a sprint for prize money. These boys are courageous and well mannered.

Patriotic moment on the podium of the Malartic stage
So let's talk about other highlights of this stage: first thing to do, eat two hot dogs prvided by Osisko, the local mining company. Then, we did have a few crashes, many punctures,, and a rider from Cycling BC did try to push back a pick-up truck parked on the shoulder of the road. But best of all, we were treated with a misfire from the starter gun during the speech from the mayor of Malartic! I thought the mayor had the gun in his hand, but no! Someone else had "guilty" written all over her face after the race...

Admitted a dubious starter gun detonation
Anyhow, I hope rival teams get a good night of sleep because the racing was pretty boring today. It's okay for 51km, but if it's like that tomorrow, we'll have to look at the beautiful scenery that Temiscamingue has to offer to entertain ourselves during the race.

A very homogeneous top3 in the general classification.

Le rouleau compresseur américain / The American steamroller

Ho-ho say can you see...
Je vous fais une prédiction qui, je l'espère, s'avérera fausse: le Tour de l'Abitibi est terminé depuis ce midi. L'équipe nationale américaine est tout simplement trop forte pour l'opposition. Ils sont 6 coureurs. Et bien leur pire résultat ce matin: une 7e place au contre-la-montre individuel. Ils ont terminé 1-2-3-4-5-7. Pis c'est pas vraiment une question de moyens. Sur 9.6km, l'équipement aérodynamique ne peut pas faire une grande différence. Il y a bien quelques coureurs de l'équipe du Canada et de Cycling BC qui sont restés près des américains. Le grand Yohan Patry est le seul qui a réussi à devancer une coureur de USA Cycling. Pourtant, je tenais le chrono du point intermédiaire et on croyait bien qu'il allait réussir à remporter ce contre-la-montre puisqu'il venait tout juste d'améliorer la meilleure marque par 10 secondes lors de son passage. 10 secondes sur 4.7km, c'est une éternité. Mais les américains s'en venaient...

Le Tour est terminé parce que maintenant, au classement général individuel, les cyclistes de l'équipe nationale américaine sont 1-2-3-4-5-6. Est-ce que c'est du jamais vu? Je ne sais pas, faudrait demander à Léandre Normand. Mais bref, avec leur position au classement général, les américains n'ont même plus besoin de sauter dans les tentatives d'échappées. Ils n'ont qu'à contrôler le devant du peloton et chasser quand ça devient trop sérieux. Et ça, ils ont montré hier et avant-hier qu'ils étaient capables de le faire avec deux-trois coureurs. Imaginez à 6! Encore une fois, j'espère me tromper, parce que ça va faire des courses plates en ti-péché. On verra ce que ça donne dès ce soir à Malartic pour un sprint de 51km.

video
Un des 6américains du top 7! / One of the 6 Americans in the top 7

I am making a prediction that I hope will be wrong: the Tour de l'Abitibi is over since noon today. The USA National team is simply too strong for the other teams. With 6 riders on the team, their worst position in this morning's individual time trial was 7th. They finished 1-2-3-4-5-7. And it'S not because they have more money. On a 9.6km distance, aero advantages can's count for much. Some riders from Canada and Cycling BC did stay close to the Americans. Tall rider Yohan Patry is the lone rider to finish ahead of a rider from USA cycling. I was marking the split times this morning and when Yohan went by, we thought he would win the ITT. He beat the best time so far by 10 seconds. Over 4.7km, 10 seconds is an eternity. But the Americans were coming...


The Tour is over because in the general individual classification, riders from the USA National team are 1-2-3-4-5-6. Have we seen this before in Abitibi? I don't know. We'd have to ask Léandre Normand. So now, the Americans don't even need to jump in the breakaway attempts. They just need to control the front of the peloton and chase down the serious breakaways. And they did it with ease yesterday and the day before with 2 to 3 riders. Imagine what they can chase down with 6 riders! Again, I hope I'm wrong because the next stages could be boring. We'll see how it unfolds tonight with the Malartic 51km mad dash.

mercredi 18 juillet 2012

Les photos cocasses du jour / The day's funny pictures

Bon, il est presque 22h30 et on vient juste de terminer notre boulot quotidien. Donc, le message d'aujourd'hui consiste en photos sympathiques. La course s'est bien déroulée, une belle grosse échappée a réussi à tenir jusqu'à la fin et deux coureurs se sont détachés avant la fin et ont réussi à terminer ensemble. Le maillot brun a changé d'épaule etc etc... On se lève à 6h demain matin pour le contre-la-montre individuel. Ciao!

OK, it's almost 10:30pm and we just finished working. So today's message consists of candid pictures. Racing today was great, we had a large breakaway group from which two riders escaped by the end. We have a new brown jersey etc etc. We will get up at 6am tomorrow morning for the individual time trial. So long!


On change de véhicule / Trading bikes
Ravitaillement neutre... ça pourrait être long / Neutral feeding, it could take a while 

Un peu d'inquiétude avant le départ: un technicien en communications et un commissaire sous le capot... / A bit of worry before the start: a radio technician and a commissaire under the hood...

Le plus beau logo du Tour / The Tour's most beautiful logo

La foule en délire / A roaring crowd

La vue de la fenêtre du bureau / The view from my corner office

La gigue / The jig

La file pour vérifier les vélos de contre-la-montre
 Il y a des termes techniques dans à peu près tous les domaines qui peuvent être parfois mal interprétés. Comme la gigue pour vérifier les vélos de contre-la-montre. Y'a personne qui danse autour des vélos. Déception. En fait, la "jig", c'est un gabarit en bon français. Ce qui m'amène à me poser la question: pourquoi c'est une "jig" et non pas un "jig"? En tout cas, la "jig" sert à valider la position du coureur sur son vélo, pour éviter les positions "superman" ou Graeme Obree... C'est très technique le vélo vous savez!
Graeme Obree, l'écossais volant
Je suis toujours aussi surpris de voir le vélos de contre-la-montre. Quand vous pensez qu'on doit déjà  investir une rondelette somme pour un vélo de route haut de gamme, imaginez devoir aussi investir dans un vélo de contre-la-montre utilisé 5 fois par saison avec roue pleine à l'arrière et super-profilée à l'avant... ça prend des commanditaires ou une équipe bien organisée. Sinon, bye-bye l'avantage aérodynamique! Malgré qu'un coureur peu fortuné pourrait bien se tirer d'affaire avec un casque profilé et un guidon de triathlon. Il paraît que c'est qui fait le plus de différence.

La danse de la "jig"


The lineup to the time trial bike check

Some technical terms exist in about every domain, and some might be misinterpreted. A jig, in French, is like some type of riverdancing. So imagine when someone speaks about a jig for the bikes. Unfortunately, I did not see anybody dancing around bikes today. The jig is used to measure the position of a rider on his bike and ensure that we don't see superman-type positions like Graeme Obree was using in the 1990s. Cycling is so technical...

Graeme Obree, the flying Scotsman
As always, I'm impressed by all these time trial bikes. When you realize that a thick wad of cash is already needed to buy a high-end road bike, imagine doubling this amount to also buy a time trial machine that you might use 5 times per year. Then, add a disc rear wheel, a deep-section front wheel... you need good sponsors or a well organized team. Otherwise, goodbye aero advantage! However, if you are racing on a budget, buy an aero helmet and clip-on triathlon bars. I heard they provide the best aero advantage.

Getting jiggy with it

mardi 17 juillet 2012

Etape 1: le chaos au départ / Stage 1: chaos from the start

Samuel Gauthier termine l'étape à pied, après une grave chute au dernier virage / Samuel Gauthier finishes the stage on foot after a serious crash in the last corner.

Les courses de coureurs junior sont reconnues pour être nerveuses. Les courses juniors avec un peloton imposant le sont encore plus. Les grandes courses junior internationales avec des coureurs de différentes expériences cyclistes sont encore pires. Ajoutez un vent de dos, de la vitesse et vous réunissez les conditions gagnantes pour un désastre. Aujourd'hui, le désastre a sévi à peu près au kilomètre 5. Un coureur était déjà tombé dans la partie neutralisée de la course, quelques autres peu après le départ officiel lancé, puis il y a eu cette chute massive au peloton qui a bloqué la route sur son entière largeur. Ça a quand même pris encore plusieurs kilomètres avant que tout le monde ne se calme un peu, surtout les cyclistes.

Dans la voiture du président du collège des commissaires, on n'a pas chômé de la journée! Les radios hurlaient les informations sur trois canaux, les coureurs revenaient sur ce qui restait du peloton de tête en grappes de 5 à 10 unités, les crevaisons survenaient au travers de ce chaos qu'on tentait tant bien que mal d'organiser en forme de course cycliste. En plus, on a eu une échappée qui a pris plus 1:30 au peloton, en plus d'un groupe de chasse intercalé pour une bonne partie de la course. L'équipe nationale du Canada a certainement laissé beaucoup d'énergie dans une chasse de tous les instants. Finalement, la côte Joannes a eu raison de l'échappée, juste avant qu'on croise une scène d'accident de la route qui bloquait une partie de la chaussée. Tu parles, il manquait plus qu'un castor qui travers la rue avec son arbre... j'ai vu ça à Val-d'Or il y a deux semaines en vélo... spécial comme on dit! Bref, une première étape forte en émotions, riche en action mais qui va coûter cher à certains, autant pour le classement général, que pour les réparations de vélo. Certains ont laissé de la peau sur le bitume abitibien et d'autres ont abouti à l'hôpital. On se souhaite moins de chutes, mais autant d'action sportive pour demain.

PS: Bien dommage pour Elliot Doyle, champion du Challenge Sprint Abitibi d'hier. Crevaison à 2.7km de l'arrivée, dans un final qui lui aurait probablement bien convenu. On remet ça à demain!

Junior races are known to be hectic. Big junior races are even more hectic. Big international races featuring junior cyclists with different riding backgrounds are even worst. Add a tailwind, high speed and you get a recipe for disaster. Well, disaster struck at around kilometre 5 today. We already had one crash during the controlled start, on more crash right after the official rolling start, and then that massive pile-up that blocked the entire width of the road. It took a few more kilometres to calm everyone down, especially the cyclists.


In the head commissaires's car, we were hard at work. Radios were screaming informations over three channels, small groups of 5 to 10 riders were catching back the pack and punctures were happening all at once. We did our best to organize this chaos into a bike race. As if it was not enough, a breakaway took off more than 1 minute and 30 seconds in front of the pack, with a chasing group in between for a large portion of the race. The Canadian national team probably left a lot of energy into a frantic chase. Finally, the Joannes hill and a strong effort by riders in the peloton brought the breakaway back, right before we drove beside the site of a car crash, where only one lane was available. What a day! We were only missing a beaver crossing the road with a tree in its mouth! No kidding, I saw that in Val-d'Or two weeks ago while cycling... weird! Overall, a very emotional, action-packed first stage, but a first stage that will be very costly for the overall classification for some riders, and also very costly for other to repair their bikes, or both! Some riders also left a lot of skin on the asphalt, and some did end up in the hospital. We hope to experience less drama linked to crashes tomorrow, but we hope to get more exciting racing.


PS: Very sad for Elliot Doyle who flatted with 2.7km to go. He won the Challenge Sprint Abitibi yesterday. A massive sprint finish would have suited him. It's a date tomorrow!

Faune abitibienne:1 FQSC: 0 / Abitibi fauna: 1 Quebec cycling federation: 0


On a "perdu" un commissaire entre Montréal et Rouyn-Noranda hier. Ça arrive de temps en temps quand on fait la route vers l'Abitibi... D'ailleurs, la réserve faunique de la Vérendrye doit être pleine de commissaires qui se perdent en route vers l'Abitibi, depuis le temps qu'ils viennent ici!

Sans blague, une commissaire attitrée pour le Tour qui débute ce matin a frappé un chevreuil en voiture. La commissaire est en bonne santé, c'est ce qui compte. Encore chanceuse que ce soit arrivé assez au sud. Plus au nord et c'aurait pu être un orignal et là, le diagnostic serait sûrement différent. Bref, ouvrez l'oeil sur la route. J'ai déjà frappé un grenouille en vélo. C'est pas beau non plus.

We "lost" a commissaire between Montreal and Rouyn-Noranda yesterday. It does happen from time to time when someones drives up to Abitibi. Consequently, the Verendrye wilderness reserve must be full of lost commissaires, because they've ben coming here for a long time.


Seriously, a commissaire driving up to the Tour hit a deer yesterday. The commissaire is healthy, that's the important part. Still lucky that happened southward enough. A bit further north and it could have been a moose. Then the result could have been different. So stay alert on the road. I once hit a frog while cycling. The result was not pretty either.

lundi 16 juillet 2012

C'est parti / It's a go!

Les trois finalistes du Challenge Sprint Abitibi 2012  /  The three contenders for the final heat of the Challenge Sprint Abitibi 2012
Après des mois de préparation, les activités du Tour de l'Abitibi 2012 ont été lancées aujourd'hui: cocktail d'ouverture réunissant vin et bière, fromages de la région, saucissons, pâtisseries et dignitaires! Une recette gagnante!

Ensuite, ce fut les photos officielles et la présentation des coureurs devant un public malheureusement détrempé. Toutefois, la bruine a cessé le temps de la balade populaire et du très attendu Challenge Sprint Abitibi. L'épreuve de 800m s'est avérée très excitante, mêlant stratégie, vitesse, et force brute. Le public était nombreux pour cette spectaculaire épreuve et personne n'a été déçu. Gageons que l'on reverra ce type d'épreuve l'an prochain encore et peut-être à d'autres occasions au courant de la saison cycliste québécoise. Au final, la foule a été choyée par la victoire du québécois Elliot Doyle. Ce prélude met la table pour tout un Tour 2012 qui commence officiellement demain entre Amos et Rouyn-Noranda, en passant par la classique côte de Preissac et la côte Joannes, qui sera franchie de son côté le plus difficile.

After months of preparation, the Tour de l'Abitibi 2012 was launched today: opening cocktail with beer and wine, local cheese, sausages, pastries and dignitaries! A guaranteed hit!


Team pictures and rider presentation followed in front of a wet crowd. Fortunately, the mist stopped for the popular ride and the long awaited Challenge Sprint Abitibi. The 800m mad dash event was very exciting, mixing strategy, speed and brute force. A large crowd was gathered for the event and nobody was disappointed. This type of event will probably be back next year and maybe even at other races in Quebec. In the final, the crowd was delighted with the victory of Quebecer Elliot Doyle. This prologue sets the stage for an exciting 2012 Tour which officially begins tomorrow with the Amos-Rouyn-Noranda stage, up the Preissac hill and the Joannes hill, this time on its most difficult side.


Des quads des ligues majeures! / Major league quads!

Des visages familiers / Familiar faces

Encore une fois, le livre "La Route des Champions" de Léandre Normand me permet diffuser des petits trésors. Cette fois-ci, il s'agit de photographies de gens que vous risquez de croiser dans les parages du Tour de l'Abitibi. On ne jouera pas aux devinettes, les personnes en question sont identifiées, mais gageons que certaines se feront taquiner cette semaine!

Léandre Normand's book "La Route des Champions" strikes again! This time, its historical photographs of characters you might stumble upon during the Tour de l'Abitibi this week. No need to guess who they are, I identified them, but I bet they might get teased a little bit during the week!

Léandre Normand, père fondateur du Tour de l'Abitibi. Il est sur place cette semaine.
Léandre Normand, father of the Tour de l'Abitbi. He is present for the race this week.
Marc Lemay, commentateur du Challenge Sprint Abitibi.
Marc Lemay, announcer during the Challenge Sprint Abitibi.
Pierre Gagné, commissaire UCI et commissaire en chef de 1981 à 1986.
Pierre Gagné, UCI official and head commissaire from 1981 to 1986.
François Groleau, adjoint-technique au Tour de la Relève.
François Groleau, technical assistant for the Tour de la Relève.
Patrick Deshaies, moto-info



dimanche 15 juillet 2012

Les grands en Abitibi / Great cyclists in Abitibi

J'ai compilé une liste de cyclistes ayant participé au Tour de l'Abitibi et ayant connu des carrières comme athlètes de pointe. Bon, j'en oublie sûrement et la liste ci-dessous n'est certainement pas exhaustive. Même chose pour les noms d'équipes, j'ai inclus les équipes les plus connues. Tout le monde a droit en son opinion sur ce qu'un "grand" cycliste est, mais bon, je crois que les principaux noms y figurent tout de même. J'ai séparé les coureurs selon leur origine. À la lecture de la liste, vous conviendrez que le Tour de l'Abitibi confirme son statut d'institution au niveau junior mondial. Enjoy!

I just compiled a list of cyclists that went on to great careers as top athletes after taking part in the Tour de l'Abitibi. Yes, I probably forgot a few names and the list below is therefore incomplete. Same thing for the team's names, I included the most important ones. Everyone has their own opinion on what makes a cyclist a "great" one, but I think the most important names are part of the list. I split the names by origin. Looking at the list, anyone must acknowledge that the Tour de l'Abitibi is one of the most important races for juniors worldwide. Enjoy!


Nom / Name Année / Year Pays / Country Carrière / Carreer

Européens / Europeans

Matthias Kessler
1996 Allemagne Pro (Telekom, T-Mobile, Astana)
Sebastian Lang 1997 Allemagne Pro (Gerolsteiner, Lotto)
Matti Breschel 2001 Danemark Pro (CSC, Saxo Bank, Rabobank)
Bruno Wojtinek 1981 France Pro (Peugeot, Z, Super-U)
Franck Pineau 1981 France Pro (RMO), directeur FDJ
Éric Boyer 1981 France Pro (Système-U, Z, Gan)
Jacky Durand 1985 France Pro (Castorama, Lotto, FDJ)
Laurent Jalabert 1986 France Pro (Toshiba, ONCE, CSC)
Jean-Cyril Robin 1987 France Pro (Castorama, Festina, US Postal, FDJ)
Eddy Seigneur 1987 France Pro (Z, Gan, FDJ)
Pavel Padrnos 1988 Tchécoslovaquie Pro (Discovery Channel, US Postal)
Stéphane Heulot 1989 France Pro (Banesto, Gan, FDJ)
Gabriel Rasch 1993 Norvège Pro (Cervélo, Garmin, FDJ)
Pierrick Fedrigo 1996 France Pro (Crédit Agricole, Bouyges, FDJ)
Arnaud Démare 2008 France Pro (FDJ)
Michael Zanoli 1985-1986 Hollande Pro (Coors Light, Tulip, Motorola)
Erik Dekker 1988 Hollande Pro (Buckler, Rabobank)
Michael Boogerd 1989 Hollande Pro (Rabobank)
Kenny van Hummel 1999-2000 Hollande Pro (Skil-Shimano, Vacansoleil)
Tom Veelers 2001 Hollande Pro (Skil-Shimano)
Denis Menchov 1995 Russie Pro (Banesto, Rabobank, Katusha)
Asie-Océanie / Asia-Oceania

Julian Dean
1992 New Zealand Pro (Crédit Agricole, Garmin, GreenEdge)
Fumiyuki Beppu 2000 Japon Pro (Discovery Channel, Radio Shack, GreenEdge)
Américains / Americans
Doug Shapiro 1976 USA Olympien /olympic athlete, Pro (7-Eleven, Coors Light)
Davis Phinney 1977 USA Olympien / olympic athlete, Pro (7-Eleven)
Matt Eaton 1979 USA Pro (7-Eleven)
Andy Hampsten 1979-1980 USA Pro (7-Eleven, Motorola)
Steve Hegg (Ingram) 1980-1981 USA Olympien / Olympic athlete, pro
Franck McCormack 1985-1986-1987 USA Pro (Saturn)
Richard Hincapie 1987 USA Le frère de l'autre! / Brother of George
Mark McCormack 1987-1988 USA Pro (Saturn, Colavita)
Bobby Julich 1988-1989 USA Pro (Motorola, Cofidis, Crédit Agricole, CSC)
Jonas Carney 1988 USA Pro (Coors Light, Shaklee, Jelly Belly)
Robbie Ventura 1988 USA Pro (Saturn, US Postal)
Tyler Hamilton 1989 USA Pro (US Postal, CSC, Phonak)
Chann McRae 1989 USA Pro (Garmin)
Kevin Livingston 1990-1991 USA Pro (Motorola, Cofidis, US Postal)
Jonathan Vaughters 1990 USA Pro (US Postal), manager (Garmin)
Dave Zabriskie 1997 USA Pro (US Postal, CSC, Garmin)
Phil Zajicek 1997 USA Pro (Mercury, Saturn, FlyV)
Will Frischkorn 1998 USA Pro (Mercury, Ssaturn, Colavita)
Patrick McCarty 1999-2000 USA Pro (Rock Racing, Spidertech)
Rahsaan Bahati 1999-2000 USA Pro (Rock Racing, Bahati Foundation)
Saul Raisin 2001 USA Pro (Crédit Agricole)
Tyler Farrar 2002 USA Pro (Garmin)
Nick Frey 2004-2005 USA Pro (Jamis-Sutter Homes)
Caleb Fairly 2004 USA Pro (HTC, Spidertech)
Peter Stetina 2004 USA Pro (Garmin)
Taylor Phinney 2007 USA Pro (BMC)
Ben King 2007 USA Pro (Radio-Shack)
Canadiens / Canadians
Alex Stieda 1979-1980 Canada Pro (7-Eleven, Motorola)
Tim Lefebvre 1985 Canada Cycliste reconnu au Canada / High-level cyclist in Canada
Steve Bauer 1986 Canada Olympien / olympic athlete (2e à L.A.) et pro (La Vie Claire, 7-Eleven, Motorola)
Gord Fraser 1986 Canada Olympien / olympic athlete, pro (Motorola, Mercury, HealthNet)
Peter Reid 1987 Canada Triathlète professionnel / pro triathlete
Kris Westwood 1988 Canada Cycliste reconnu au Canada / High-level cyclist in Canada
Alyson Sydor 1990 Canada Olympienne et championne du monde vtt / Olympic athlete and world champion MTB
Roland Green 1991-1992 Canada Champion du monde / world champion cross-country
Michael Barry 1992 Canada Pro (US Postal, HTC, Sky)
Ryan Roth 2000-2001 Canada Pro (Spidertech)
Christian Meier 2002-2003 Canada Pro (Garmin, GreenEdge)
Québécois / Quebecers
Robert Van den Eynde 1969 Québec Frère de l'autre! / Brother of Eric
Marc Lemay 1969-1970-1971 Québec Président de l'ACC, responsable de l'entrée du vtt aux jeux olympiques / President of CCA and responsible for MTB entrance in the olympic games
Richard Michaud 1970 et 1975 à 1980 Québec Figure reconnue des courses en Montérégie, malheureusement décédé / Well known cycling figure in the Montreal area, deceased
Éric Van den Eynde 1970-1971-1972 Québec Entraineur émérite / Well known coach
Patrick Roseboom 1972-1973-1974 Québec Coureur reconnu au Québec / High-level cyclist in Quebec
Pierre Harvey 1974-1975 Québec Olympien d'été et d'hiver, fondeur mondialement reconnu, un VO2Max de cheval et le père de l'autre! / Olympic athlete in both summer and winter games, elite xc ski racer, horse-worthy VO2Max and father of Alex
Jean-Louis Godet 1974-1975-1976 Québec Entraineur au niveau local (le mien en 1992!) / Local level coach (mine in 1992)!
Louis Garneau 1975-1976 Québec Olympien et entrepreneur / Olympic athlete and entrepreneur
Pierre Hutsebault 1975 Québec Entraineur émérite (le mien en 2010-2011 via Peak Centre!) / Well known coach (mine in 2010-2011 via Peak Centre)
Gervais Rioux 1977-1978-1979 Québec Olympien / olympic athlete, pro (Evian-Miko), entrepreneur (Argon 18)
Stéphane Le Beau 1982 Québec Champion du monde sur piste chez les maîtres / Track world champion (Master's)
Fernand Roseboom 1980-1981 Québec Coureur reconnu au Québec / High-level cyclist in Quebec
Yvan Waddell 1981-1982 Québec Olympien / Olympic athlete
Gianni Vignaduzzi 1983 Québec Olympien / olympic athlete, pro (Jolly Cucine)
Didier Cojan 1984 Québec Frère de l'autre! / Brother of Yannick
Kris Koberstein 1985-1986 Québec Olympien / Olympic athlete, pro
Yannick Cojan 1986-1987 Québec Roi des Mardis de Lachine / King of the Mardis de Lachine crit series
Jacques Landry 1986-1987 Québec Olympien / Olympic athlete
Danny Villemure 1987 Québec Coureur reconnu au Québec / High-level cyclist in Quebec
John Malois 1988-1989 Québec Olympien / olympic athlete
Peter Wedge 1990 Québec Pro (Shaklee)
François Villemure 1990 Québec Coureur reconnu au Québec / High-level cyclist in Quebec
Steve Rover 1990-1991 Québec Coureur reconnu au Canada / High-level cyclist in Canada
Dominique Perras 1991-1992 Québec Pro (Phonak)
Pascal Choquette 1995 Québec Entraineur de l'équipe du Québec / Current Quebec team coach
Annie Gariépy 1995-1996 Québec Coureuse dominante au Quebec / Dominating rider in Quebec
Lyne Bessette 1996 Québec Olympienne / olympic athlete, pro (Saturn)
Bruno Langlois 1997 Québec Pro (Spidertech)
Charles Dionne 1997 Québec Pro (Shaklee, Saunier-Duval, FlyV)
Dominique Rollin 1999-2000 Québec Pro (Toyota-United, Cervélo, FDJ)
Martin Gilbert 2000 Québec Pro (Spidertech)
Keven Lacombe 2003 Québec Pro (Spidertech)
David Veilleux 2004-2005 Québec Pro (Europcar)
Guillaume Boivin 2006-2007 Québec Pro (Spidertech)
Simon Lambert-Lemay 2007 Québec Pro (Spidertech)
Hugo Houle 2007 Québec Pro (Spidertech)